Découvrez l'artisanat d'art et les professionnels des métiers d'art de Midi-Pyrénées

DÉCOUVREZ L'ARTISANAT D'ART
ET LES PROFESSIONNELS DES MÉTIERS D'ART DE MIDI-PYRÉNÉES

LES ARTISANS D'ART

Horlogerie - L'ARTISAN HORLOGER - NICOULEAU Serge



En ce temps-là, à la ferme, il fallait savoir tout faire, tout réparer ou créer la pièce ou l’outil manquant en fonction des besoins. En regardant ses grands-parents, Serge Nicouleau a appris à fabriquer… Très vite, il s’est mis à démonter les objets, regarder à l’intérieur pour essayer de comprendre. Plus l’objet est petit, plus il comprend de rouages et plus il est attiré.

Après un passage dans la conception et la fabrication de bijoux, Serge Nicouleau achète un ancien magasin de vente et de réparation de bijoux. Là, il découvre un univers à sa mesure ! L’atelier a abrité trois générations d’horloger. Tout est en l’état ! Outils, pièces, engrenages…

Sa passion va faire le reste. Aidé par les anciens, cherchant dans les livres, il va peu à peu peaufiner sa technique et prendre de l’assurance. Et quand une pièce manque, comme jadis, à la ferme, il la fabrique.


    Savoir-faire

Quand Serge Nicouleau ouvre un ancien mécanisme, il sait qu’il trouvera, minutieusement caché, la marque de son prédécesseur : un poinçon, un signe, une petite phrase laissée là à son intention 60 ans auparavant. Outre le plaisir de la découverte, outre le nouveau défi lancé par le mécanisme inerte, Serge Nicouleau sait qu’il devra sans doute fabriquer les pièces qui lui manquent. Il sait également que dans plusieurs décennies, c’est un autre que lui qui contemplera son travail. Alors tout doit être parfait ! Tout ce qui ne se voit pas tout autant que ce qui se voit.

Et la sanction est immédiate : ça marche ou ça ne marche pas !

Que ce soit pour des mécanismes monumentaux, comme les horloges des clochers de nos villages ou pour des carillons Westminster, des comtoises, des cartels ou pour des pendules de cheminée à mouvement de Paris, Serge apporte la même minutie, le même amour de la perfection.

Avec toujours l’humilité de celui qui sait qu’il n’est, comme d’autres avant lui, qu’une étape dans la vie de ces objets qui rythment nos vies depuis tant d’années.